Combler l’écart en matière de logement chez les Premières Nations

Notre travail Renforcer les communautés grâce à de meilleures infrastructures et à des logements adéquats

Le rapport Combler le déficit d’infrastructures d’ici à 2030 est le premier rapport sur les coûts dirigé par l’APN. Il définit les investissements nécessaires à la réconciliation économique, et un élément fondamental de cette réconciliation consiste à quantifier et à combler l’écart qui existe entre les communautés des Premières Nations et les autres communautés en matière de logement.

Le rapport a établi que le gouvernement du Canada doit investir 135 milliards de dollars pour construire des logements pour les Premières Nations et résoudre la crise actuelle de l’itinérance et de la surpopulation. Ce montant tient également compte des membres des Premières Nations ou des personnes qui souhaitent retourner vivre dans leur communauté.

Un logement sûr, abordable et résistant aux changements climatiques constitue un élément essentiel du bien-être – il forme la base de ce dont tous les membres des Premières Nations ont besoin pour s’épanouir. Cet investissement contribuera grandement à s’attaquer au surpeuplement, à la migration dans les réserves, au remplacement des logements, à la desserte de nouveaux terrains, aux besoins de réparation et à la croissance démographique.

Retour à la page d’accueil Combler l’écart

Les Prairies signalent que 68 % des utilisateurs des refuges sont des membres des Premières Nations ou des Autochtones.
Sur les 85 700 logements existants, 34 % nécessitent des réparations mineures et 31 % des réparations majeures.
Les Premières Nations ont un besoin urgent de 157 453 nouveaux logements supplémentaires pour faire face à la crise du logement.

Initiatives et priorités Renforcer les communautés grâce à de meilleures infrastructures et à des logements adéquats

Inégalités intergénérationnelles

L’accès limité à des infrastructures essentielles, comme le logement, a entraîné des inégalités intergénérationnelles de longue date.

Défis en matière de logement

Le logement revêt une importance essentielle pour l’amélioration des conditions économiques des Premières Nations en fonction des priorités qu’elles se sont fixées. Il s’agit d’un bien social, culturel et économique fondamental qui influe sur la position d’une personne au sein de la communauté et lui permet d’accéder à l’emploi, à la richesse et à une bonne santé physique et mentale.

Les problèmes de logement auxquels se heurtent les communautés des Premières Nations sont cruciaux. Des problèmes tels que le surpeuplement aggravent les risques de violence familiale, les risques de violence entre partenaires intimes ainsi que les problèmes d’éducation, de croissance et de développement des enfants. La détérioration des logements, comme la moisissure et d’autres toxines dangereuses, entraîne également des risques importants pour la santé des occupants.

Les chiffres du logement

Le manque de logements sûrs et abordables nuit à tout le monde, en particulier aux membres les plus vulnérables de nos communautés.

En 2011, 44 % des enfants placés en famille d’accueil au Canada étaient autochtones. Les données du dernier recensement de 2021 indiquent que ce chiffre est passé à 53,8 %.

Les logements inadéquats, le manque d’infrastructures communautaires et les possibilités éducatives et économiques réduites dans les communautés des Premières Nations, en particulier dans les réserves, représentent des problèmes sociaux systémiques au Canada qui contribuent à la surreprésentation des enfants autochtones dans les services de prise en charge.

Les Premières Nations ont besoin d’un financement SUPPLÉMENTAIRE par rapport au reste du Canada de 80 % pour « combler l’écart » en matière de logement, mais les avantages d’une population des Premières Nations bénéficiant des meilleures chances en matière de santé, de sécurité, d’éducation et d’emploi l’emportent largement sur les coûts.

Croissance démographique

Les Premières Nations de tout le pays ont enduré plus d’un siècle de programmes gravement sous-financés et mal desservis censés améliorer l’autodétermination et les résultats socio-économiques.

Ce statu quo est l’une des principales causes de l’important manque d’infrastructures qui existe aujourd’hui. Compte tenu des conditions économiques actuelles et des données historiques disponibles, cet écart ne fera que se creuser si des problèmes systémiques majeurs ne sont pas résolus.

La population des Premières Nations, qui enregistre l’une des croissances démographiques les plus rapides au Canada, s’élève à 1 048 405 personnes et pourrait atteindre 1,8 million d’ici 2041. Entre 2010 et 2031, on estime qu’il y aura un arriéré de 130 000 logements et que la plupart des logements existants nécessiteront des réparations importantes ou devront être remplacés en raison de la croissance démographique, du surpeuplement, de la mauvaise qualité de la construction et de la moisissure.

Rapport de la vérificatrice générale

Le 19 mars 2024, la vérificatrice générale (VG) du Canada a publié un rapport cinglant sur le logement dans les réserves, blâmant l’incapacité prolongée de Services aux Autochtones Canada (SAC) et de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) de remédier à des conditions défavorables comme le surpeuplement et la moisissure.

C’est la quatrième fois depuis 2003 que le Bureau du vérificateur général fait part de ses préoccupations concernant le logement dans les communautés des Premières Nations et, 20 ans plus tard, bon nombre de ces préoccupations persistent. « Malgré ces vérifications, nous avons constaté que SAC et la SCHL ont accompli peu de progrès pour ce qui est d’aider les Premières Nations à améliorer les conditions de logement dans leurs communautés. »

La vérificatrice générale a également constaté que, dans l’ensemble, les Premières Nations dont les conditions de logement étaient les plus mauvaises recevaient moins de fonds que les communautés de même taille dont les conditions de logement étaient meilleures.

Combler l’écart : une priorité

Le rapport Combler le déficit d’infrastructures d’ici à 2030 revêt une importance essentielle pour obtenir une image complète et précise de ce qui est nécessaire pour combler l’écart en matière de logement dans les communautés des Premières Nations. Par exemple, le budget de 2022 prévoyait une contribution de 4,3 milliards de dollars sur une période de sept ans pour améliorer le logement des Autochtones – mais le rapport a établi que le besoin réel pour combler définitivement l’écart se chiffre à 135,1 milliards de dollars.

Bien que ces chiffres soient gigantesques, il est clair que ces investissements constituent simplement une question de priorité. Depuis le début du projet Combler l’écart en matière d’infrastructures d’ici 2030 de l’APN, en janvier 2022, et jusqu’à son achèvement en juillet 2023, le gouvernement du Canada a annoncé publiquement des investissements de plus de 370 milliards de dollars dans l’industrie militaire, soit plus que ce qui est nécessaire pour combler l’écart en matière d’infrastructures dans les communautés des Premières Nations. Les Premières Nations d’un océan à l’autre méritent qu’on leur accorde la priorité.

Consultez les rapports complets

Consultez et téléchargez le rapport Combler le déficit d’infrastructures d’ici à 2030 – Proposition et rapport de coût, qui comprend les investissements en capital et les investissements opérationnels nécessaires pour que le gouvernement du Canada puisse respecter son calendrier visant à combler l’écart en matière d’infrastructures d’ici 2030.

Consultez le Rapport 2 — Plan de priorisation et de mise en œuvre 

Consultez et téléchargez le Plan de priorisation et de mise en œuvre, qui comprend une estimation des besoins en matière d’investissement définis dans le rapport précédent et quantifie la façon dont l’écart en matière d’infrastructures des Premières Nations continuera de se creuser d’ici 2040 en raison de l’inaction du gouvernement du Canada et de l’insuffisance du financement.

Recevoir notre bulletin

Recevez les dernières mises à jour de l'APN.

Communiquer avec nous

Communiquer avec l'Assemblée des Premières Nations

Assemblée des Premières Nations
50, rue O’Connor Bureau 200
Ottawa (Ontario) K1P 6L2

Carte et itinéraire

Tél: +1 (613) 241-6789
Sans frais: +1 (866) 869-6789

Téléc.: +1 (613) 241-5808

To top