Combler l'écart de connectivité numérique des Premières Nations

Notre travail Veiller à ce que les Premières Nations aient la possibilité de prospérer grâce à une connectivité numérique complète.

L’accès à un réseau Internet fiable à haut débit est essentiel pour toutes les Premières Nations, en particulier celles qui vivent dans des régions isolées, afin qu’elles puissent bénéficier d’un vaste éventail d’avantages socio-économiques, comme des possibilités d’affaires et d’emploi, l’éducation numérique, des systèmes de soins de santé connectés et la possibilité de communiquer avec des amis et des membres de la famille éloignés.

Retour à la page d’accueil Combler l’écart

363 communautés des Premières Nations ne disposent ni d'Internet à large bande ni de services cellulaires standard.
81 communautés des Premières Nations nécessitent l'installation d'un câble dorsal en fibre optique d'une longueur estimée à 12 280 km, soit près de deux fois la longueur du Canada.
Le « fossé numérique des Premières Nations » se creuse plus rapidement en raison de la nature de la technologie et de ses progrès constants.

Initiatives et priorités Veiller à ce que les Premières Nations aient la possibilité de prospérer grâce à une connectivité numérique complète

Fossé numérique

La connectivité à haut débit est devenue synonyme de développement économique positif, d’éducation de qualité, de services de santé de qualité et de préservation de la culture autochtone.

Une véritable connectivité aidera de nombreuses communautés à combler le fossé numérique et leur donnera des chances égales de participer à des marchés locaux plus vastes ainsi qu’à l’économie mondiale dans son ensemble, offrant aux Premières Nations davantage de possibilités d’affaires et d’emploi, et notamment des occasions qui réduisent la nécessité de migrer vers les zones urbaines à la recherche d’un emploi.

De nombreux membres des Premières Nations se trouvent dans des régions rurales et éloignées du Canada. Grâce à la connectivité à haut débit, leurs enfants peuvent rester au sein de leurs communautés, suivre un apprentissage à distance et accéder en ligne aux mêmes ressources que les étudiants vivant en ville, sans avoir à subir les difficultés d’un déménagement, les implications financières supplémentaires et la perte de leur culture.

L’accès à haut débit signifie également que ces Premières Nations peuvent recevoir des soins de santé de pointe dispensés par des spécialistes dans les centres urbains, sans avoir à supporter les dépenses et les traumatismes liés aux déplacements en cas de maladie.

Les chiffres de la connectivité

Sur les 748 communautés des Premières Nations étudiées dans le rapport Combler le déficit d’infrastructures d’ici à 2030, 61 % ne disposaient pas d’un accès adéquat à Internet à haut débit : des services à large bande d’au moins 50 Mbps en aval et 10 Mbps en amont (50/10) et des services cellulaires, qui sont essentiels à notre quotidien au Canada.

Le gouvernement du Canada s’est publiquement engagé à connecter 100 % des Canadiens à Internet à haut débit d’ici 2030. Les Premières Nations, qui sont surreprésentées dans le fossé de la connectivité numérique au Canada, ne doivent pas être négligées dans le cadre de cet objectif.

Solutions numériques

L’APN a collaboré avec Planetworks et Innovation, Sciences et Développement économique (ISDE) Canada pour définir l’étendue des lacunes en ce qui concerne les infrastructures à large bande et cellulaires dans les communautés des Premières Nations et déterminer les dépenses d’investissement et d’exploitation nécessaires pour s’assurer que chaque communauté des Premières Nations dispose des trois infrastructures de télécommunications suivantes, nécessaires pour combler l’écart :

  • un câble dorsal en fibre optique;
  • la fibre optique à domicile;
  • au minimum, un réseau LTE, mais pour les nouvelles constructions, la dernière technologie cellulaire offerte sur le marché (désignée collectivement par le terme « cellulaire »).

L’écart en matière d’infrastructures a été évalué à 5,2 milliards de dollars. Sur l’ensemble des communautés des Premières Nations étudiées, seules 20 communautés disposent des trois éléments d’infrastructure que sont le câble dorsal en fibre optique, la fibre optique à domicile et le réseau LTE, ou disposent des fonds nécessaires pour les mettre en place.

Sur la base de ce constat, le rapport Combler le déficit d’infrastructures d’ici à 2030 présente dix recommandations, allant de la création de solutions provisoires pour l’accès à large bande à l’établissement de quotas annuels pour que les fournisseurs de services connectent les communautés des Premières Nations non desservies, afin d’aider tout le monde à bénéficier de la connectivité numérique.

Consultez les rapports complets

Consultez le Rapport 1 — Proposition et rapport de coût

Consultez et téléchargez le rapport Combler le déficit d’infrastructures d’ici à 2030 – Proposition et rapport de coût, qui comprend les investissements en capital et les investissements opérationnels nécessaires pour que le gouvernement du Canada puisse respecter son calendrier visant à combler l’écart en matière d’infrastructures d’ici 2030.

Consultez le Rapport 2 — Plan de priorisation et de mise en œuvre 

Consultez et téléchargez le Plan de priorisation et de mise en œuvre, qui comprend une estimation des besoins en matière d’investissement définis dans le rapport précédent et quantifie la façon dont l’écart en matière d’infrastructures des Premières Nations continuera de se creuser d’ici 2040 en raison de l’inaction du gouvernement du Canada et de l’insuffisance du financement.

 

Recevoir notre bulletin

Recevez les dernières mises à jour de l'APN.

Communiquer avec nous

Communiquer avec l'Assemblée des Premières Nations

Assemblée des Premières Nations
50, rue O’Connor Bureau 200
Ottawa (Ontario) K1P 6L2

Carte et itinéraire

Tél: +1 (613) 241-6789
Sans frais: +1 (866) 869-6789

Téléc.: +1 (613) 241-5808

To top